LES CLASSIQUES DE L’ÉCONOMIE (1) : LES COURBES DE L’ÉCONOMIE

Les économistes ont souvent cherché à établir des lois intangibles censées expliquer le fonctionnement concret des économies. Ces lois prennent souvent la forme de courbes, qui constituent une partie des fondements de la réflexion économique. Il est donc important de les connaître, ainsi que les critiques qui leur sont adressées. Voici les dix principales.

La courbe de Laffer

Selon l’économiste Arthur Laffer, un taux bas d’imposition peut rapporter autant de recettes fiscales qu’un taux élevé. Une idée figurée par une courbe en cloche, mais contredite par les faits.

La courbe de Phillips

La courbe de l’économiste néo-zélandais Alban W. Phillips a été interprétée comme une relation inverse entre inflation et chômage. Depuis cinquante ans, elle a donné lieu à bien des interprétations.

La courbe de Lorenz

La courbe du statisticien américain Max Otto Lorenz décrit la répartition de la richesse dans la population.

La courbe de Kuznets

La courbe en  » U inversé  » de Simon Kuznets, économiste et statisticien américain d’origine russe, lie la croissance et la réduction des inégalités de revenus.

La courbe de Beveridge

La courbe du grand instigateur de l’Etat-providence décrit les écarts entre les besoins des employeurs et les souhaits des demandeurs d’emploi. Un repère utile pour orienter les politiques de l’emploi.

La courbe en J

Des économistes ont mesuré l’effet de la baisse des taux de change sur le solde de la balance commerciale. Un effet variable dans le temps et selon la qualité du tissu industriel.

La courbe de demande

La hausse du prix d’un bien n’entraîne pas toujours une baisse de la demande.

La courbe d’offre

Les cas du salaire et du crédit bancaire montrent que l’offre n’augmente pas systématiquement lorsque les prix grimpent.

La courbe d’indifférence

Cet outil permet d’évaluer la satisfaction du consommateur en fonction de la quantité de biens consommés. Indispensable à la fois aux économistes et aux gouvernements.

La courbe des taux

La forme de cette courbe est un indicateur intéressant pour juger de la politique monétaire et des préférences des investisseurs. Elle permet aussi de prévoir les récessions.